Espaces techniques


Informations 2019 à venir



Les espaces techniques de la dernière édition :
 
L'agronomie au service de l'efficacité

Le sol est un acteur majeur de la production, c’est l’identité de chaque parcelle. Il faut diagnostiquer, entretenir et améliorer sa fertilité physique, biologique et chimique. Les choix de pratiques, de successions de cultures, d’intercultures, de techniques d’implantation se raisonnent finement pour produire volumes et qualités adaptés aux marchés. Les stratégies de fertilisation et d’irrigation sont essentielles car d’elles dépendent autant les résultats technico-économiques des exploitations que l’empreinte sur l’environnement. Les agronomes experts du diagnostic, de la fertilité et du travail du sol donneront leurs avis dans 16 ateliers différents.

 
  • Un état des lieux sera fait sur les 3 pans de la fertilité des sols : chimique, biologique et physique
  • Comment lire un profil cultural ? Comment lutter contre le tassement du sol ?
  • Comment tirer parti des couverts végétaux : focus sur les cultures intermédiaires, les cultures fourragères, les couverts semi-permanents
  • Quels effets attendre des techniques d’implantation en strip till et semis direct ?
  • Fertilisation azotée en conventionnel et en bio : comment fractionner et ajuster les apports pour concilier rendement et qualité ?
  • Irrigation : comment connaître et gérer la ressource, comment piloter l’irrigation avec les technologies nouvelles pour une meilleure efficience ?
Piloter ses cultures en s’adaptant au contexte climatique

De tout temps il a été nécessaire de protéger les cultures de leurs bio-agresseurs. Aujourd’hui la protection intégrée des cultures consiste en une combinaison de mesures prophylactiques [choix variétal, agronomie, auxiliaires], d’une connaissance du risque [grâce aux observations, prévisions, diagnostics, OAD], de la lutte directe [produits phytosanitaires, biocontrôle, lutte physique]. La génétique fait partie des solutions pour répondre aux défis de l’agriculture : demandes des marchés (qualités), mieux valoriser l’azote disponible, produire dans un contexte de changement/à-coups climatiques, et mieux résister aux bio-agresseurs (maladies, ravageurs-viroses). 22 ateliers seront ainsi proposés.

Selon leurs contraintes, les agriculteurs pourront examiner tous les leviers ou combinaisons de leviers dont ils disposent pour atteindre leurs objectifs de production :
 
  • Quelles variétés de céréales et d’oléo-protéagineux en conventionnel et bio ?
  • Itinéraires régionaux pour les cultures portes-graines
  • Gestion du désherbage, des maladies et des ravageurs en céréales, oléo-protéagineux, sorgho et maïs, en conventionnel et en bio
  • Espace pédagogique de reconnaissance des adventices et des maladies
Numérique, robotique… Bienvenue à la Smartferme de 2030 !
 
L’agriculture est en pleine révolution numérique. Capteurs connectés, OAD informatisés, robots, GPS, autoguidage, pulvérisation intelligente, modulation intraparcellaire : l’agriculture est un domaine d’application privilégié des utilisations du numérique.

Les visiteurs découvriront les opportunités offertes par les nouvelles technologies du numérique :
 
  • Les premiers robots sont testés dans les Digifermes et ailleurs, préfiguration d’une révolution dans les fermes d’ici 2030 ?
  • Quels capteurs pour quels conseils : récolter des données, les interpréter pour leur donner de la valeur dans des services opérationnels (OAD, pilotage numérique, capteurs embarqués sur drone, …)
  • Big data, un futur big brother : comment gérer individuellement et collectivement des données numériques qui vont se multiplier (cloud, crowdtech, smartphone, …)
  • Agriculture de précision : GPS, RTK, guidage, modulation intraparcellaire, pulvérisation intelligente, … 
Bâtir son système pour s’adapter aux débouchés et optimiser ses performances
 
L’agriculture doit relever un défi complexe mais possible : continuer à produire de la qualité en quantité, dans le respect de l’environnement, tout en assurant un avenir économique à ses exploitations. Les systèmes, qu’ils soient en conventionnel ou en bio, doivent relever ces défis. La réflexion stratégique est nécessaire pour faire des choix : consolider son système ou dans certaines situations engager des changements avec des risques mesurés. Cet espace sera celui de l’analyse prospective.

Dans l’esprit d’une démarche d’entrepreneur, les visiteurs seront invités à se poser des questions stratégiques pour leur exploitation :
 
  • Bien chiffrer ses leviers techniques et économiques pour orienter ses décisions de gestion
  • Examiner les systèmes de culture innovants, parfois en rupture, analyser leur adaptation aux conditions locales et évaluer leur rentabilité avant de s’y engager
  • Connaître les besoins des clients pour adapter les qualités aux débouchés et aux consommateurs